Perception de la parole et oscillations cérébrales chez les enfants neurotypiques et dysphasiques.

Hélène Guiraud, Ana-Sofia Hincapié, Karim Jerbi, Véronique Boulenger


L'hypothèse “prosodic phrasing” (Cumming et al., 2015) suggère que les enfants dysphasiques présentent des difficultés d'extraction des informations rythmiques de basse fréquence de la parole, entravant la segmentation syllabique et conduisant à des déficits phonologiques et morphosyntaxiques. Nous avons testé cette hypothèse en mesurant, en magnétoencéphalographie, la synchronisation entre les oscillations cérébrales et l'enveloppe temporelle du signal de parole chez des enfants dysphasiques et des enfants neurotypiques lors de l'écoute de phrases produites naturellement à un débit normal ou rapide. Nos résultats dans la bande de fréquence thêta (4-7 Hz) montrent une synchronisation plus faible chez les enfants dysphasiques, comparés aux enfants neurotypiques, 1) dans les régions auditives droites pour la parole à débit normal et 2) dans les régions (pré)motrices gauches pour la parole à débit rapide. Notre étude fournit les premiers éléments à notre connaissance en faveur d'un alignement cortical atypique sur le rythme syllabique dans la dysphasie.


 DOI: 10.21437/JEP.2018-26

Cite as: Guiraud, H., Hincapié, A., Jerbi, K., Boulenger, V. (2018) Perception de la parole et oscillations cérébrales chez les enfants neurotypiques et dysphasiques.. Proc. XXXIIe Journées d’Études sur la Parole, 222-230, DOI: 10.21437/JEP.2018-26.


@inproceedings{Guiraud2018,
  author={Hélène Guiraud and Ana-Sofia Hincapié and Karim Jerbi and Véronique Boulenger},
  title={{Perception de la parole et oscillations cérébrales chez les enfants neurotypiques et dysphasiques.}},
  year=2018,
  booktitle={Proc. XXXIIe Journées d’Études sur la Parole},
  pages={222--230},
  doi={10.21437/JEP.2018-26},
  url={http://dx.doi.org/10.21437/JEP.2018-26}
}