Doubler les consonnes en chant baroque français : un cas de gémination expressive ?

Claire Pillot-Loiseau, Claudia Schweitzer, Christelle Dodane, Alice Romeo, Giuseppina Turco


Quels sont les marqueurs acoustiques du doublement de consonnes, technique décrite au XVIIIème siècle en musique baroque vocale française, à des fins expressives ? Ces marqueurs s'assimilent-ils à la gémination ? Nous avons enregistré 5 chanteurs baroques produisant un air de Lully en parole et chant, sans et avec doublement consonantique. La durée des consonnes doublées rapportée à celle du mot de ces 50mn de productions a été mesurée, puis analysée statistiquement en fonction de la modalité (chanté vs. parlé), de la condition (avec doublement vs. sans doublement) et du type de consonne (/s,f,v/, /l,m/, /r/, et /p,t,k,b,d,g/). Nos résultats montrent une augmentation significative de la durée relative consonantique avec le doublement, surtout pour le chant, mais variant selon le chanteur et le type consonantique. En chant et parole, la voyelle précédente est plus courte quand elle est suivie d'une consonne doublée que quand elle ne l'est pas.


 DOI: 10.21437/JEP.2018-3

Cite as: Pillot-Loiseau, C., Schweitzer, C., Dodane, C., Romeo, A., Turco, G. (2018) Doubler les consonnes en chant baroque français : un cas de gémination expressive ?. Proc. XXXIIe Journées d’Études sur la Parole, 19-27, DOI: 10.21437/JEP.2018-3.


@inproceedings{Pillot-Loiseau2018,
  author={Claire Pillot-Loiseau and Claudia Schweitzer and Christelle Dodane and Alice Romeo and Giuseppina Turco},
  title={{Doubler les consonnes en chant baroque français : un cas de gémination expressive ?}},
  year=2018,
  booktitle={Proc. XXXIIe Journées d’Études sur la Parole},
  pages={19--27},
  doi={10.21437/JEP.2018-3},
  url={http://dx.doi.org/10.21437/JEP.2018-3}
}