Perception et production de /y/ et /u/ en français L2 chez l'apprenant anglophone débutant : étude de cas de leur catégorisation chez quatre locuteurs

Delfine Michaud, Nicolas Ballier


Cette étude aborde la problématique de la prononciation de la voyelle antérieure haute et arrondie /y/ du français par des locuteurs d'anglais américain apprenant le français L2. Le contraste de labialisation n'existant pas en anglais, cette étude cherche à montrer comment /y/ est catégorisé dans les débuts de l'interlangue des locuteurs américains, c'est-à-dire si cette voyelle est considérée comme « similaire » ou « nouvelle » par les apprenants L2 (Major 2001, Flege 2002, Birdsong 2003, Colantoni, Steele, et Escudero 2015). Cet article expose les résultats de l'expérience menée, pour laquelle quatre étudiants américains ont été enregistrés au début de leur apprentissage du français et ont participé à un test de discrimination. Quatre francophones natifs ont ensuite participé à un test d'assimilation afin de juger leurs productions. Une analyse de l'influence de différents facteurs sur la production des voyelles françaises hautes et arrondies est également proposée.


 DOI: 10.21437/JEP.2018-27

Cite as: Michaud, D., Ballier, N. (2018) Perception et production de /y/ et /u/ en français L2 chez l'apprenant anglophone débutant : étude de cas de leur catégorisation chez quatre locuteurs. Proc. XXXIIe Journées d’Études sur la Parole, 231-239, DOI: 10.21437/JEP.2018-27.


@inproceedings{Michaud2018,
  author={Delfine Michaud and Nicolas Ballier},
  title={{Perception et production de /y/ et /u/ en français L2 chez l'apprenant anglophone débutant : étude de cas de leur catégorisation chez quatre locuteurs}},
  year=2018,
  booktitle={Proc. XXXIIe Journées d’Études sur la Parole},
  pages={231--239},
  doi={10.21437/JEP.2018-27},
  url={http://dx.doi.org/10.21437/JEP.2018-27}
}