« Tout ça c'est abstrait » : Comment le degré d'abstraction d'un mot expliqué affecte-t-il la parole multimodale ?

Marion Tellier, Gale Stam, Alain Ghio


Lorsque nous parlons, nous produisons spontanément des gestes coverbaux, c'est-à-dire en lien avec la parole. Dans cette étude nous nous intéressons à des séquences orales d'explication lexicale de mots concrets et de mots abstraits en nous demandant si le degré d'abstraction du sujet de l'interaction affecte la production gestuelle. Dans la mesure où les mots concrets sont liés à une grande iconicité (high imageability) et les mots abstraits à une faible iconicité (low imageability) (Paivio, 1986 ; Palmer et al., 2013), on peut faire l'hypothèse que les gestes qui accompagnent les mots concrets sont majoritairement iconiques et que les gestes qui accompagnent les mots abstraits sont principalement métaphoriques (si on se base sur cette distinction de McNeill, 1992). Nous examinerons plusieurs paramètres: le taux gestuel du discours, le type de geste employé et l'espace gestuel utilisé.


 DOI: 10.21437/JEP.2018-38

Cite as: Tellier, M., Stam, G., Ghio, A. (2018) « Tout ça c'est abstrait » : Comment le degré d'abstraction d'un mot expliqué affecte-t-il la parole multimodale ?. Proc. XXXIIe Journées d’Études sur la Parole, 329-337, DOI: 10.21437/JEP.2018-38.


@inproceedings{Tellier2018,
  author={Marion Tellier and Gale Stam and Alain Ghio},
  title={{« Tout ça c'est abstrait » : Comment le degré d'abstraction d'un mot expliqué affecte-t-il la parole multimodale ?}},
  year=2018,
  booktitle={Proc. XXXIIe Journées d’Études sur la Parole},
  pages={329--337},
  doi={10.21437/JEP.2018-38},
  url={http://dx.doi.org/10.21437/JEP.2018-38}
}